Auto-entrepreneur

Enregistrement des comptes de l’auto-entrepreneur : quelques détails intéressants à connaitre

Dans le monde des affaires, l’auto-entrepreneur représente un statut permettant à l’entrepreneur ou au dirigeant de la société de profiter au maximum d’un formalisme administratif très simplifié. Bien entendu, il n’en reste pas moins soumis à diverses dispositions pour la tenue de sa comptabilité. Cet article abordera en détail le sujet concernant la comptabilité de l’auto-entrepreneur ainsi que les obligations comptables qui encadrent son activité en Belgique.

Dispositions liées à l’enregistrement comptable de l’auto-entrepreneur

La tenue des comptes d’un auto-entrepreneur parait fortement allégée. Non seulement, l’entrepreneur est dispensé de la saisie comptable pareille aux sociétés commerciales mais il n’est pas aussi obligé de dresser des comptes annuels. Il dispense de bilan comptable et ne tient que deux sortes de livres : un dossier conservant ses achats et un autre registre renfermant ses recettes.

Le livre de recettes d’un auto-entrepreneur déchiffre les recettes que l’auto-entrepreneur a perçues. Pour la gestion comptable à Ixelles, Saint-Gilles ou à Bruxelles, un dossier de recettes prend la forme d’un tableau illustrant un certain nombre de mentions. Un document chronologique des recettes recense en effet la date de la prestation de services ou de ventes, le libellé du reçu correspondant, l’identité de la clientèle. Cela fait mention aussi la nature de l’opération accomplie, la somme de la vente ainsi que le mode du paiement de la somme.

Ce genre de dossier doit être tenu quotidiennement et doit figurer toutes les actions de façon chronologique. Si l’auto-entrepreneur arrive à encaisser des recettes, celles-ci feront l’objet d’un encaissement en liquide et peuvent être comptabilisées globalement en fin de journée.

La saisie comptable allégée d’un auto-entrepreneur s’applique généralement aux recettes découlant de services offerts à un particulier ou de ventes en détail.

Ouvrir un compte en banque : les obligations correspondantes

En vue de maintenir la bonne gestion comptable à Ixelles, l’auto-entrepreneur est obligé de détenir une comptabilité dédiée particulièrement à son métier. Ce compte doit être séparé de son compte en banque particulier. En matière de comptabilité, cette mesure facilite tant la gestion des comptes de trésorerie de l’auto-entrepreneur. Aussi, cela simplifie grandement les travaux en cas d’éventuel contrôle fiscal.

Ce compte professionnel ou personnel sera usé en vue de traiter toutes flux financiers associés à l’activité de l’auto-entrepreneur. Certaines actions sont en effet très importantes et doivent être mentionnées. Ce sont les encaissements de l’ensemble des recettes, le règlement des achats en concordance avec l’activité. Cela détaille aussi chaque prélèvement pour le salaire de l’auto-entrepreneur, le déblocage ainsi que l’acquittement d’un crédit ou autre.

Après chaque prestation rendue ou vente effectuée, l’entrepreneur doit remettre à tout moment une pièce justificative. Chaque facture doit contenir obligatoirement quelques mentions de base comme l’identité de l’auto-entrepreneur, les références de son immatriculation, le numéro du justificatif, la date d’envoi de la facture, l’explication détaillée de l’opération, l’identité des clients.

L’état de compte d’un auto-entrepreneur mentionne également la somme de l’indemnité forfaitaire pour charges de recouvrement, les dispositions d’avance, la date du paiement, la date livraison des équipements.