La cigarette électronique, sa fonctionnalité et ses impacts sur la santé

Une cigarette électronique est aussi appelée é-cigarette, vaporeuse ou vaporette. C’est un outil qui produit une vapeur d’eau ressemblant à une fumée de cigarette classique après combustion. Même si les connaissances et les études progressent rapidement concernant ce produit, il y a encore des incertitudes sur ses impacts au niveau santé. Néanmoins, les effets toxiques des composants de la vaporette sont moins élevés que ceux de la cigarette habituelle.

Toutefois, l’e-cigarette est considérée depuis longtemps comme une aide idéale pour arrêter de fumer. Une enquête sur l’impact des e-cigarettes a été commandée par la ministre de la Santé en France. Cette enquête est surtout demandée pour effectuer une évaluation des risques et des bénéfices sur les effets de ce gadget.

Ceux qui utilisent de la cigarette électronique ne sont pas appelés « fumeurs », ils sont des « vapoteurs ». Aujourd’hui, un peu plus de cinq cent mille Français sont convertis à la vape. Mais comment fonctionne une e-cig ? Que contient-elle ? Aide-t-elle vraiment à arrêter de fumer ? Trouvez dans ce dossier les éléments de réponse.

Comment fonctionne une cigarette électronique ?

La cigarette électronique est un outil qui permet de vaporiser et inhaler une substance appelée « e-liquide ». Cette dernière contient de propylène de glycol, glycérine végétale, eau, alcool, arôme naturel et en option, de la nicotine. Une nicotine pour reproduire la même sensation que fumer une cigarette classique. L’e-cig est composée de trois éléments ayant chacun une fonctionnalité spécifique. D’abord, on a la batterie, elle sert d’alimentation pour le vaporisateur. Ensuite il y a le vaporisateur ou atomiseur permettant d’assurer la production de la fumée grâce à une résistance chauffée après la force d’aspiration. Il dispose donc d’une résistance chauffante et doit être fixé à la batterie. La résistance chauffe lorsque le switch ou bouton est appuyé. L’atomiseur est une pièce consommable et possède une durée de vie moyenne de 30 jours pour une vaporisation de 20 cigarettes par jours. Enfin, la cartouche contient l’e-liquide. Cette dernière se définit par une substance ayant un point d’évaporation très bas et produit de la fumée une fois chauffée. Comme le vaporisateur, il existe aussi un large type de cartouches et chaque cartouche est adaptée à un atomiseur.

Les catégories d’e-cigarette électronique

Outre les éléments constitutifs de la cigarette électronique, il existe deux familles principales qui sont les cartouches Tank et les cartouches à bourre. Les cartouches Tank disposent de réservoirs tandis que les cartouches à bourre sont remplies de bourre qui doit être imbibée d’e-liquide. La quantité d’e-liquide dépend du type de la cartouche mais en général, elle fait 5 gouttes à 1,8ml.

La batterie est le moteur de l’e-cig. C’est ce corps qui permet au vaporisateur de chauffer et de faire évaporer l’e-liquide avant d’être inhalé. Le choix de la batterie se fait en fonction de votre consommation puisqu’elle définit au fait l’autonomie de la cigarette électronique. Sinon, vous avez la possibilité de choisir un boitier de rechargement portable afin de faciliter le mode de recharge. Cette méthode est aussi idéale pour avoir un grand confort d’utilisation.

Les principaux composants d’une e-cigarette

De manière générale, la cigarette électronique a la forme d’un stylo à bille et destinée pour produire de la vapeur parfumée ou non.  Comme nous l’avons vu, après le chauffage de la solution une vapeur apparait et c’est celle-ci qu’inhale la personne qui vapote. Une diode se trouvant à l’extrémité simule ensuite la combustion.

Dans les cartouches d’une cigarette électronique, il n’existe ni tabac ni goudron. L’e-liquide contenu à l’intérieur est surtout composé de propylène glycol et de glycérine végétale. Vous y trouvez également d’arômes naturels, d’un peu d’eau et aussi d’alcool. La présence de la nicotine est optionnelle et son dosage dépend de la demande du vapoteur.

La cigarette électronique aide-t-elle vraiment à arrêter de fumer ?

Un lien anglais rapporte une décision du Bureau de cabinet britannique qui tente d’encourager les fumeurs à remplacer les cigarettes traditionnelles par des cigarettes électroniques afin de lutter contre le tabagisme. Cet appareil qui diffuse de la vapeur est-il véritablement une alternative efficace pour diminuer voire même de stopper entièrement la consommation de tabac ?

Le président de l’Office français de lutte contre le tabagisme explique dans « Le Monde » que : « l’e-cigarette n’est en aucun cas un outil pour arrêter de fumer. La persistance de la dépendance comportementale reste forte. Le fait de continuer simplement à inhaler de la nicotine est problématique ». En 2009, le bureau autorisant la mise sur le marché des médicaments aux USA indique aux fournisseurs de cigarettes électroniques  que les saveurs comme chocolat, menthe ou autres fruits ne sont que du marketing pour cibler les enfants.

La cigarette électronique et son rôle dans le sevrage tabagique

Il faut noter d’abord que la cigarette électronique n’est pas véritablement une méthode de sevrage tabagique. La vente de l’e-cig aux mineurs est d’ailleurs interdite. Aussi, la nicotine est une substance dangereuse et ne doit pas être laissée à la portée des enfants. Dans ce cas, l’utilisation de cet outil est déconseillée pour les non-fumeurs, les femmes enceintes et celles qui allaitent. Toutefois les personnes souffrantes d’une hypertension ou d’une maladie cardiaque ne doivent pas prendre de la cigarette électronique. Mais ce qui importe surtout c’est le résultat d’une enquête sur le taux des fumeurs qui se sont convertis en vapoteurs. Un fumeur utilisant une e-cigarette diminue sa consommation de tabac.

Un rapport du Haut Conseil de Santé publique estime que la cigarette électronique constitue visiblement une aide pour réduire ou arrêter la consommation de tabac. Toutefois, elle n’est pas considérée comme un produit d’aide au sevrage tabagique.

L’e-cig représente-t-elle un danger pour la santé ?

Une étude en anglais et établie en 2011 met en évidence que les cigarettes électroniques contiennent peu voire sans éléments chimiques susceptibles de présenter de gros risques pour la santé. En effet, la présence des substances toxiques est mille fois moins élevée que dans les cigarettes classiques. Les risques sur certaines maladies sont alors réduits pour les fumeurs qui passent à la vape.

En outre, trouvez un grossiste cigarette électronique qualifié et sérieux pour s’assurer de la bonne qualité du produit.